description de l'image

Lundi 6 octobre 2014

Ca y est ! Nous y sommes ! Après 159 jours de vélo, la mer Noire est en vue…
Noire, vraiment ? Cette question obsède les enfants depuis 5 mois… Et elle est là, devant nous, emplie de vagues, sous le vent qui souffle du nord-est. Elle est l’aboutissement de ce long parcours, qui vient de nous faire découvrir le delta du Danube, succulente cerise sur un gâteau déjà bien rempli au fil de ces mois…

Mais avant cette récompense, les dernières semaines auront été assez rudes. Nous nous attendions à quelques difficultés, liées au grand nombre de kilomètres à parcourir encore depuis Belgrade, aux parcours accidentés, mais nous avions pensé (naïvement !) que la météo aurait pu être de notre côté pour ces dernières centaines de kilomètres. Que nenni ! Les épisodes pluvieux se sont succédé, offrant entre eux autant de jours secs, parfois ensoleillés, même. Et hormis 1 jour (oui, 1 seul !) lors duquel le vent nous a poussés, il a fallu batailler contre lui jusqu’au bout… Puis, le froid s’y est mêlé et la première chose que nous avons réalisée à Tulcéa, la ville qui ouvre les portes du delta du Danube, a été d’aller acheter de grosses vestes et des bonnets pour Marine et Luna ! Tulcéa… Heureusement que derrière la ville se cache un joyau de nature, sans quoi, ce but en lui-même serait une déception inversement proportionnelle aux nombreux kilomètres pédalés…

Après la Serbie, nous avons passé 1 seul jour en Bulgarie, préférant traverser le fleuve pour rouler rive gauche, rive « plate », en Roumanie. Le topo-guide du parcours bulgare, rive « montagneuse », indiquait clairement un cheminement bien au-delà des quelques forces qui restaient à Marine et Luna. Pendant quelques jours, nous avons donc roulé à plat, à travers la campagne du sud roumain, variant les plaisirs au niveau des nuits : dans une caravane, devant une mairie, chez l’habitant… Plus loin, à hauteur de Călăraşi, il a fallu retraverser le Danube, et évoluer côté « collines ». Et quelles collines ! Alors que le Danube paresse à 10M d’altitude, nous avons joué au yo-yo durant 10 jours. Monter, descendre, monter, descendre. Pour objectiver ces difficultés, nous avons branché l’altimètre... Résultat ? 250 à 450M de dénivelé positif chaque jour !!! Et, à cause du vent, la journée la plus difficile du voyage, collés à du 6 à l’heure sur les portions de plat… Il y a des jours, comme ça, où on se demande ce qu’on fait là ! Mais le soir, à l’étape, les organismes étaient toujours bien heureux de voir le but se rapprocher. Nous avons cette fois dormi dans un monastère, campé à la ferme, dans un centre de jour pour enfants, ouvert spécialement à notre attention par le maire du village pour que nous puissions passer la nuit au sec… Car il a fallu à nouveau trouver refuge quelques nuits et quelques jours, le temps que les trombes d’eau passent…
Mais l’avantage de rouler en Roumanie, c’est que quantités de gens sont dehors quelle que soit la météo, pouces levés et applaudissant chaleureureusement à notre passage, avec toujours un mot d’étonnement, d’encouragement, et souvent une friandise, un fruit pour les enfants ! Qui, de leur côté, ont aimé vivre « cette ferme sur la route », croiser et dépasser les charrettes tirées par chevaux et ânes… Nous étions souvent loin du Danube, et ces villages roumains nous ont offert un vécu différent et humainement valorisant.
Quelques cyclistes que nous avions rencontrés craignaient un peu la Roumanie. Pas nous ! Papa la connaît assez pour s’y sentir chez lui, et dès les premières minutes, sons, odeurs, produits l’ont replongé dans les nombreux mois qu’il a passés ici pour son dernier livre… Et comme sur cette route, très rares sont les personnes anglophones, nous avons profité de ses quelques rudiments de roumain pour réaliser quelques belles rencontres !

Enfin, le delta, son labyrinthe de canaux, ses oiseaux. Et son niveau d’eau 2 M trop haut en cette saison (on vous a déjà parlé des pluies, non ?) !!! Heureusement, durant deux jours, le soleil a été de la partie, et a magnifié cette zone sauvage, mi- terre, mi- mer. Et vous découvrirez sur l’une des dernières images de cet envoi combien de kilomètres nous avons dû pédaler, au final…

Nous rentrons heureux de cette aventure familiale, d’une richesse inouïe, prêts à réaliser d’autres rêves…
Dans quelques jours, nous mettrons en ligne le dernier « Petit Journal de Marine et Luna », et il sera temps de vous dire au revoir définitivement !

Nous 4, depuis la maison !

Tours de roues bulgares...  

 

 

 

 

 

Au menu, euh...  

Nuit pluvieuse: système "D" pour  sécher les chaussettes!

 

 

10ème pays, nous voici!  

 

Ravito roumain: une carotte de maïs par cycliste!

Ravito roumain 2: la bonne eau du puits!

Ravito roumain 3: on se dope aux  sourires et aux pouces levés!

 

Comme sur un grand tour!  

Ah! Le soleil!  

 

Dans la caravane de Florian,  gentiment mise à notre disposition

 

 

 

Camping spécial dédicace pour Manu, collection "glauques"!

Il pleut, il mouille, c'est la fête...

...aux chocolats chauds!  

 

 

Le raisin? Même plus besoin d'en  acheter!!!

 

 

 

 

 

 

 

A nous de donner, et nous sentir ainsi un peu Roumains...

 

 

Nos premiers pélicans!  

Une maison mise à notre disposition  

 

 

 

La Roumanie, simplement  surprenante!

 

 

 

 

 

 

La Roumanie, simplement accueillante!

 

 

 

 

 

 

 

 

Les plaines de jeux sont plus rares , mais le stop reste obligatoire!

 

Dodo devant la mairie, nourris, en  plus, par Mr le Maire!!!

 

Marina, 70 ans, garde ses dindons! "Tu te rends compte, papa, 70 ans!"

 

 

Allez, courage!  

Jour de pluie, jour d'attente...  

Ici, on cultive même les trottoirs!  

L'école sort nous dire bonjour...  

J'apprends à lire en Roumanie...  

 

Nuit chez le pope Dumitru, et soirée avec ses 3 enfants!

Nouvel animal de compagnie! Véridique...

Dernier bac, pour repasser rive droite

 

Elles veulent de plus en plus faire les courses seules...

Vers le monastère de Dervent, pour  y passer la nuit!

 

Luna, il pleut toujours, dehors? Mais on est dehors, papa...

 

C'est spartiate, mais au moins, on  est au sec!

 

Et le froid, maintenant, s'invite  comme compagnon inattendu!

 

Il fait froid, t'es sûr?  

Brrr... oui, ça caille! Et casser  des noix, ça réchauffe?

 

 

Une en plus en moins!  

Ah, du chaud...  

...dans ce jour tout froid!  

 

 

 

 

 

Il est temps de rentrer: on n'a pas emporté les chaînes!

Une belle barrière de plus!  

 

Les endroits pour faire les devoirs sont moins émouvants...

 

A la ferme, avec Alina, nouvelle amie

 

 

 

Et que reçoit-on dans une ferme  roumaine?

 

 

 

Traian, le patriarche!  

 

 

HLM pour abeilles  

Les reliefs de Dobroudja...  

 

 

 

 

Au centre de jour, dans la pièce d'étude!

Celui-là nous a bien fait peur!  Merci la chaîne...

A table!   

 

 

 

 

 

Aucune justice photographique: la pente fait 6 à 7%!

 

 

 

Les chiens errants font partie de notre quotidien roumain

Si on campe devant un musée...  

...autant le visiter!  

Le fantôme du musée...  

 

La Dobroudja, et ses mosquées, pour la minorité turque du pays

Dernier jour de route; dernière crevaison!

Dernière chute, aussi...  Heureusement sans mal!

L'orientation de l'éolienne est explicite!

Ca ne chauffe toujours pas!  

 

Là, ça diminue vraiment! La ligne d'arrivée est proche!

 

 

 

Fin du vélo, presque début du bateau...

1er arrêt au magasin pour de bonnes vestes!

Le musée de la biosphère du delta  du Danube!

Monsieur l'esturgeon bélouga, le plus grand poisson d'eau douce

Le delta... monde horizontal de canaux, de lacs, de marais...

 

 

Crabier chevelu  

 

 

Rare en photo: un blongios nain  

 

 

 

 

Pas de vélo aujourd'hui... Donc la  necéssité de se défouler!

 

 

 

 

 

 

 

Avec les pêcheurs du delta...  

 

 

Un pélican, c'est toujours épatant!  

 

 

 

Pas de danse du crabier chevelu...  

 

 

 

Débarquement à Létéa...  

...pour découvrir sa superbe forêt!  

 

 

 

 

Marine et Luna au sommet du delta: 13M!

Et la belle rencontre du jour: les  chevaux sauvages de la forêt!

Ce qu'on mange dans le delta?  Du poisson...

 

A toute allure vers la mer Noire...  

 

5193 Kms, c'est ça!  

 

Bravo les filles!  

 

Trop d'émotions, mais un seul mot: le bonheur d'y être parvenus!